Scroll with your mouse or arrow keys to see more!

Okay

Antonio Ortega FW16-17

Antonio Ortega Fall/winter  2016-17

© David TERGEMINA / TRG prod www.trgprod.com

Un garage désaffecté du XVe arrondissement, un sol jonché d’anciens pavés de la capitale.. C’est dans un cadre assez street qu’Antonio Ortega présente « désirs » sa nouvelle collection Couture Automne Hiver 2016 2017. Un décor qui a l’air simple au premier coup d’œil et pourtant… Une série de détails parfaitement maîtrisés font toute la force de cette scénographie. Sur le mur au fond de l’allée centrale, Gandhi côtoie Marilyn. Tous les codes de la mémoire aux défunts sont présents : photographies anciennes, fleurs et bougies. Même le regard des mannequins appuyé par un halo rosé rappelle curieusement certains masques del « día de los muertos ». En effet, le créateur s’est inspiré de différentes cultures comme celle de l’Amérique Latine et plus particulièrement du Mexique, pays de ses origines, mais aussi de l’Inde, la Russie ou encore la Chine. Les influences sont multiples mais le fil conducteur, celui du culte voué à l’amour et au souvenir des morts, se retrouve tout au long de la collection par touches régulières.
Un travail qui interpelle par la diversité des matières et des techniques employées comme des cuirs tressés ou de la dentelle découpée au laser, mais aussi par des pièces fortes comme des tailleurs ornementés de détails précieux, des jupes patineuses bicolores ou de longues robes sequins à motif. Les sacs à main, parés d’une photo en noir et blanc entourée de roses rouges, métaphore d’un autel ou d’un tombeau, déstabilisent. Des variations dans les textures soulignent les volumes et créent du mouvement. Antonio propose, ose et explore une mode vivante sur fond de mort. Du pourpre, du rouge cardinale, de l’or et de l’argent, notre regard se déchaîne.
Soudain, vanité sur fond d’or, un crâne se dessine au dos d’un manteau.
Antonio raconte une histoire, la sienne, la nôtre, la mienne, celle de la mémoire. Au travers de ses créations, c’est toute sa sensibilité et son énergie qui viennent nous envelopper.

C. Faiola

© photos – David TERGEMINA / TRG prod www.trgprod.com

FacebookTwitterGoogle+Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*